Bibliography

Michel
Lejeune

25 publications between 1970 and 1996 indexed
Sort by:

Works authored

Lejeune, Michel, Recueil des inscriptions gauloises, ed. Paul-Marie Duval, fasc. 2.1: Textes gallo-étrusques, textes gallo-latins sur pierre, Suppléments à 'Gallia', 55, Paris: Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1988.
Lejeune, Michel, Recueil des inscriptions gauloises, ed. Paul-Marie Duval, fasc. 1: Textes gallo-grecs, Suppléments à 'Gallia', 55, Paris: Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1985.


Contributions to journals

Lejeune, Michel, “Notes d'étymologie gauloise”, Études Celtiques 32 (1996): 125–129.  
abstract:
[FR] Le mot gaulois celicnon, attesté dans deux inscriptions (inscription sur pierre, Alesia ; et inscription sur vase, Banassac), a généralement été traduit par comparaison avec l’emprunt gothique kelikn traduisant gr. πύργος «tour », ou άναγαιον «bâtiment à étage ». Fleuriot cependant supposait un sens de récipient dans le second exemple. O. Szemerényi a récemment suggéré de faire du mot gaulois un emprunt au gr. κύλιξ, diminutif κυλίχνη «coupe ». L’auteur présente un certain nombre d’arguments en faveur du sens indiqué par le rapprochement gotique.

[EN] Notes of Gaulish etymology, XIII. About celicnon.
The Gaulish word celicnon, found in two inscriptions (one on stone, Alesia ; and another on a cup, Banassac), has generally been translated on the basis of a comparison with got. kelikn which is used as a translation for gr. πύργος «tower», ou άναγαιον «one floor building». Fleuriot however suggested a secundary meaning, «recipient », in the second example. O. Szemerényi recently put forward the idea that Gaul, celicnon is a loan from Gr. kuvlix, diminutive κυλίχνη «cup». The author lists several arguments in favour of the meaning suggested by the comparison with the Gothic word.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 32, 1996: <link>
abstract:
[FR] Le mot gaulois celicnon, attesté dans deux inscriptions (inscription sur pierre, Alesia ; et inscription sur vase, Banassac), a généralement été traduit par comparaison avec l’emprunt gothique kelikn traduisant gr. πύργος «tour », ou άναγαιον «bâtiment à étage ». Fleuriot cependant supposait un sens de récipient dans le second exemple. O. Szemerényi a récemment suggéré de faire du mot gaulois un emprunt au gr. κύλιξ, diminutif κυλίχνη «coupe ». L’auteur présente un certain nombre d’arguments en faveur du sens indiqué par le rapprochement gotique.

[EN] Notes of Gaulish etymology, XIII. About celicnon.
The Gaulish word celicnon, found in two inscriptions (one on stone, Alesia ; and another on a cup, Banassac), has generally been translated on the basis of a comparison with got. kelikn which is used as a translation for gr. πύργος «tower», ou άναγαιον «one floor building». Fleuriot however suggested a secundary meaning, «recipient », in the second example. O. Szemerényi recently put forward the idea that Gaul, celicnon is a loan from Gr. kuvlix, diminutive κυλίχνη «cup». The author lists several arguments in favour of the meaning suggested by the comparison with the Gothic word.
Lejeune, Michel, and Pierre-Yves Lambert, “Compléments gallo-grecs”, Études Celtiques 32 (1996): 131–137.  
abstract:
[FR] Inscription tracée au moyen de galets blancs dans le sol d’une demeure héllenistique. On distingue principalement un nom composé Iouinco-rix, écrit Ι]οουιγκορειξ.

[EN] Newly found Gallo-Greek inscriptions : Cavaillon.
An inscription made of white pebbles in the floor decoration of an Hellenistic house. The main element is a compound name Iouinco-rix, written Ι]οουιγκορειξ.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 32, 1996: <link>
abstract:
[FR] Inscription tracée au moyen de galets blancs dans le sol d’une demeure héllenistique. On distingue principalement un nom composé Iouinco-rix, écrit Ι]οουιγκορειξ.

[EN] Newly found Gallo-Greek inscriptions : Cavaillon.
An inscription made of white pebbles in the floor decoration of an Hellenistic house. The main element is a compound name Iouinco-rix, written Ι]οουιγκορειξ.
Lejeune, Michel, “Notes d'étymologie gauloise”, Études Celtiques 31 (1995): 91–97.  
abstract:
[FR] XI. Une inscription latine de Limoges a livré récemment le nom d’une fête gauloise, les Decamnoctiac(a) Granni, «fête des dix-nuits de Grannos». Analyse du composé decam-noct-ion, «durée de dix-nuits», comparable au tri-nox(tion) du Calendrier de Coligny.
XII. Dans ce même calendrier, l’intitulé de la seconde quinzaine du mois est atenoux : examen critique de plusieurs hypothèses, ate en-oux «de nouveau en haut » (à cause du redépart de l’énumération à 1), ou ate-no(uio)-«re-nouveau », suivi d’un chiffre XV noté VX -ce qui paraît moins probable.

[EN] Notes on the etymology of Gaulish : XI. The “Ten-Nights” of Grannos. -XII. Coligny : the title of the second fortnight.
XI. A Latin inscription from Limoges has recently revealed the name of a Gaulish festival, the Decamnoctiac(a) Granni, «festival of the ten nights of Grannos». Analysis of the compound decam-noct-ion, “a space of ten-nights”, comparable to tri-nox(tion) in the Coligny Calendar.
XII. In that same calendar, the title of the second fortnight of every month is atenoux ·. critical examination of some hypotheses, ate en-oux “into the top again” (because the reckoning is starting again from 1), or ate-no(uio)- “re-new”, followed by the number XV written VX, which seems to be less probable.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 31, 1995: <link>
abstract:
[FR] XI. Une inscription latine de Limoges a livré récemment le nom d’une fête gauloise, les Decamnoctiac(a) Granni, «fête des dix-nuits de Grannos». Analyse du composé decam-noct-ion, «durée de dix-nuits», comparable au tri-nox(tion) du Calendrier de Coligny.
XII. Dans ce même calendrier, l’intitulé de la seconde quinzaine du mois est atenoux : examen critique de plusieurs hypothèses, ate en-oux «de nouveau en haut » (à cause du redépart de l’énumération à 1), ou ate-no(uio)-«re-nouveau », suivi d’un chiffre XV noté VX -ce qui paraît moins probable.

[EN] Notes on the etymology of Gaulish : XI. The “Ten-Nights” of Grannos. -XII. Coligny : the title of the second fortnight.
XI. A Latin inscription from Limoges has recently revealed the name of a Gaulish festival, the Decamnoctiac(a) Granni, «festival of the ten nights of Grannos». Analysis of the compound decam-noct-ion, “a space of ten-nights”, comparable to tri-nox(tion) in the Coligny Calendar.
XII. In that same calendar, the title of the second fortnight of every month is atenoux ·. critical examination of some hypotheses, ate en-oux “into the top again” (because the reckoning is starting again from 1), or ate-no(uio)- “re-new”, followed by the number XV written VX, which seems to be less probable.
Lejeune, Michel, “Compléments gallo-grecs”, Études Celtiques 31 (1995): 99–113.  
abstract:
[FR] Nouveaux documents provenant de Martigues (Bouches-du-Rhône) et d’Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) : marques de propriété sur céramique. À Martigues, remarquable collection de marques de propriété laissées par un certain Ριτυμος (17 marques complètes, et trois abrégées) ; en plus de quelques autres marques abrégées, chacun des deux sites a livré une dénomination double (idionyme + patronyme), ce qui est exceptionnel dans la catégorie des marques de propriété : Martigues Βιτουκλοβιος Αισιανιος, Alise Ατεο[ Ερικκ[ .

[EN] New Gallo-greek inscriptions.
New documents found in Martigues (Bouches-du-Rhône) and Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) : owners' marks on earthware. From Martigues, an ample series of owner’s signatures left by Ριτυμος (17 complete, 3 abridged) ; apart from some other abridged signatures, each site has produced a double denomination (idionym + patronym), which is exceptional amongst property marks : Martigues Βιτουκλοβιος Αισιανιος·, Alise Ατεο[ Ερικκ[ .
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 31, 1995: <link>
abstract:
[FR] Nouveaux documents provenant de Martigues (Bouches-du-Rhône) et d’Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) : marques de propriété sur céramique. À Martigues, remarquable collection de marques de propriété laissées par un certain Ριτυμος (17 marques complètes, et trois abrégées) ; en plus de quelques autres marques abrégées, chacun des deux sites a livré une dénomination double (idionyme + patronyme), ce qui est exceptionnel dans la catégorie des marques de propriété : Martigues Βιτουκλοβιος Αισιανιος, Alise Ατεο[ Ερικκ[ .

[EN] New Gallo-greek inscriptions.
New documents found in Martigues (Bouches-du-Rhône) and Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) : owners' marks on earthware. From Martigues, an ample series of owner’s signatures left by Ριτυμος (17 complete, 3 abridged) ; apart from some other abridged signatures, each site has produced a double denomination (idionym + patronym), which is exceptional amongst property marks : Martigues Βιτουκλοβιος Αισιανιος·, Alise Ατεο[ Ερικκ[ .
Lejeune, Michel, “Compléments gallo-grecs”, Études Celtiques 30 (1994): 181–189.  
abstract:
[FR] Edition de trois nouvelles inscriptions gallo-grecques : à Bouc-Bel-Air, B.-du-Rh., un graffite comportant deux noms propres, un nom de femme au dat. et un nom d'homme au nom. sg. ; à Beaucaire, Gard, une inscription lapidaire sur le tambour d'un chapiteau votif, consistant dans le seul nom du défunt, ετιουτρτος ; à Nîmes, Gard, inscription lapidaire, de cinq lignes en gros caractère, avec importante lacune centrale : inscription monumentale comparable à celle de Samotalos à Alise.

[EN] New Gallo-greek inscriptions.
Edition of three newly discovered Gallo-Greek inscriptions : in Bouc-Bel-Air, B.-du-Rh., a graffito with two Personal Names, a feminine one in the dative and a masculine one in the nominative ; in Beaucaire, Gard, an inscription on a votive chapiteau, consisting in the only name of the dead, ετιουηπος ; in N mes, Gard, an inscription on stone, with five lines in big letters, with an important lacuna in the middle ; this monumental inscription compares with that of Samotalos in Alise.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 30, 1994: <link>
abstract:
[FR] Edition de trois nouvelles inscriptions gallo-grecques : à Bouc-Bel-Air, B.-du-Rh., un graffite comportant deux noms propres, un nom de femme au dat. et un nom d'homme au nom. sg. ; à Beaucaire, Gard, une inscription lapidaire sur le tambour d'un chapiteau votif, consistant dans le seul nom du défunt, ετιουτρτος ; à Nîmes, Gard, inscription lapidaire, de cinq lignes en gros caractère, avec importante lacune centrale : inscription monumentale comparable à celle de Samotalos à Alise.

[EN] New Gallo-greek inscriptions.
Edition of three newly discovered Gallo-Greek inscriptions : in Bouc-Bel-Air, B.-du-Rh., a graffito with two Personal Names, a feminine one in the dative and a masculine one in the nominative ; in Beaucaire, Gard, an inscription on a votive chapiteau, consisting in the only name of the dead, ετιουηπος ; in N mes, Gard, an inscription on stone, with five lines in big letters, with an important lacuna in the middle ; this monumental inscription compares with that of Samotalos in Alise.
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 30 (1994): 175–180.  
abstract:
[FR] XI. Dîme gauloise ou dîme grecque ? : Oswald Szemerényi propose maintenant de voir dans le gaul. δεκαντεμ un emprunt au grec δεκάτην, jusque dans la désinence. Critiquant cette nouvelle hypothèse, l'auteur réhabilite l'interprétation de δεκαντεμ comme un nom gaulois de la dîme, et de la finale en -em comme acc. sg. de th. en -a. -XII. Le verbe de dédicace ειωραι, nouvellement découvert à Nîmes, paraît être une 3 sg., doublet de είωρου (Vaison), mais de la même série que la Ie sg. ieuri (Lezoux).

[EN] Gaulish etymologies.
XI. Gaulish tithe or Greek tithe ? Oswald Szemerenyi has recently proposed to analyse Gaul, δεκαντεμ. as a loan from Greek δεκάτην, even in its ending. Examining this new theory, the author rescues an interpretation of δεκαντεμ. as a Gaulish name for tithe , and of -em as the acc. sg. of á-stems. — XII. The verb ειωραι, newly discovered in N mes, seems to be a 3rd sg., a doublet of ειωρου (Vaison), but belonging to the same series as 1rst sg. ieuri (Lezoux).
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 30, 1994: <link>
abstract:
[FR] XI. Dîme gauloise ou dîme grecque ? : Oswald Szemerényi propose maintenant de voir dans le gaul. δεκαντεμ un emprunt au grec δεκάτην, jusque dans la désinence. Critiquant cette nouvelle hypothèse, l'auteur réhabilite l'interprétation de δεκαντεμ comme un nom gaulois de la dîme, et de la finale en -em comme acc. sg. de th. en -a. -XII. Le verbe de dédicace ειωραι, nouvellement découvert à Nîmes, paraît être une 3 sg., doublet de είωρου (Vaison), mais de la même série que la Ie sg. ieuri (Lezoux).

[EN] Gaulish etymologies.
XI. Gaulish tithe or Greek tithe ? Oswald Szemerenyi has recently proposed to analyse Gaul, δεκαντεμ. as a loan from Greek δεκάτην, even in its ending. Examining this new theory, the author rescues an interpretation of δεκαντεμ. as a Gaulish name for tithe , and of -em as the acc. sg. of á-stems. — XII. The verb ειωραι, newly discovered in N mes, seems to be a 3rd sg., a doublet of ειωρου (Vaison), but belonging to the same series as 1rst sg. ieuri (Lezoux).
Lejeune, Michel, “Compléments gallo-grecs”, Études Celtiques 27 (1990): 175–177.  
abstract:
[FR] Michel Lejeune, Compléments gallo-grecs
Édition d’un graffite vasculaire provenant d’une tombe de Nîmes : ουαναικου, dat. sg. thématique de nom d’homme, et d’un autre graffite provenant d’Alésia : ινδαμιλλ.

[EN] Additions to the Corpus of Gallo-Greek Inscriptions
Edition of a Gaulish graffito found in a tomb in Nîmes : ουαναικου, dat. sg. thematic of a masc. personal name and of another graffito from Alesia : ινδαμιλλ.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 27, 1990: <link>
abstract:
[FR] Michel Lejeune, Compléments gallo-grecs
Édition d’un graffite vasculaire provenant d’une tombe de Nîmes : ουαναικου, dat. sg. thématique de nom d’homme, et d’un autre graffite provenant d’Alésia : ινδαμιλλ.

[EN] Additions to the Corpus of Gallo-Greek Inscriptions
Edition of a Gaulish graffito found in a tomb in Nîmes : ουαναικου, dat. sg. thematic of a masc. personal name and of another graffito from Alesia : ινδαμιλλ.
Lejeune, Michel, “Compléments gallo-grecs”, Études Celtiques 25 (1988): 79–106.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 25, 1988: <link>
Lejeune, Michel, “Textes gaulois et gallo-romains en cursive latine”, Études Celtiques 25 (1988): 107–115.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 25, 1988: <link>
Lejeune, Michel, Alain Vernhet, Robert Marichal, Léon Fleuriot, and Pierre-Yves Lambert, “Textes gaulois et gallo-romains en cursive latine : 3. Le Plomb du Larzac”, Études Celtiques 22 (1985): 95–177.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 22, 1985: <link>
includes: Léon Fleuriot, ‘Essai d’interprétation analytique’, vol. 22 • Pierre-Yves Lambert, ‘Essai d’interprétation suivie’, vol. 22 • Michel Lejeune, ‘Approche du texte’, vol. 22 • Robert Marichal, ‘Étude paléographique’, vol. 22 • Alain Vernhet, ‘La découverte et les données archéologiques’, vol. 22
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 22 (1985): 81–94.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 22, 1985: <link>
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 21 (1984): 129–136.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 21, 1984: <link>
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 19 (1982): 107–119.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 19, 1982: <link>
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 17 (1980): 51–54.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 17, 1980: <link>
Lejeune, Michel, “Textes gallo-grecs”, Études Celtiques 17 (1980): 55–100.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 17, 1980: <link>
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 16 (1979): 101–116.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 16, 1979: <link>
Lejeune, Michel, “Notes d’étymologie gauloise”, Études Celtiques 15:1 (1976–1977): 95–104.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 1, 1976: <link> Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 2, 1977: <link>
Lejeune, Michel, “Textes gallo-grecs”, Études Celtiques 15:1 (1976–1977): 105–149.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 1, 1976: <link> Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 2, 1977: <link>
Lejeune, Michel, and Robert Marichal, “Textes gaulois et gallo-romains en cursive latine”, Études Celtiques 15:1 (1976–1977): 151–171.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 1, 1976: <link> Persée – Études Celtiques, vol. 15, fascicule 2, 1977: <link>
Lejeune, Michel, “Inscriptions lapidaires de Narbonnaise (I-VII)”, Études Celtiques 12:1 (1968–1970): 21–91.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 12, fascicule 1, 1968: <link> Persée – Études Celtiques, vol. 12, fascicule 2, 1970: <link>
Lejeune, Michel, “Documents gaulois et para-gaulois de Cisalpine”, Études Celtiques 12:2 (1968–1970): 357–500.
Journal volume:  Persée – Études Celtiques, vol. 12, fascicule 1, 1968: <link> Persée – Études Celtiques, vol. 12, fascicule 2, 1970: <link>

Contributions to edited collections or authored works

Lejeune, Michel, “Quel celtiquo dans ΔEΔEBPATOYΔEKANTEM”, in: Anna Morpurgo Davies, and Wolfgang Meid (eds), Studies in Greek, Italic, and Indo-European linguistics: offered to Leonard R. Palmer on the occasion of his seventieth birthday, June 5, 1976, 16, Innsbruck: Institut für Sprachwissenschaft, Universität Innsbruck, 1976. 139–151.